Le Figaro — "Jeanne Gang, le goût des sommets"

"Cette architecte américaine est l’une des rares femmes à concevoir des gratte-ciel. Elle s’apprête à achever une tour de 365 mètres à Chicago avant de lancer son premier projet parisien.

Avec elle, tout paraît simple. À la manière d’un prestidigitateur exécutant son numéro sous le nez du public, les choses semblent fluides, évidentes, et pourtant personne ne comprend comment il fait. Son nom, Jeanne Gang, claque comme un pseudonyme d’artiste mais son créneau est l’architecture, pas la magie. Ce qui n’empêche pas cette élève modèle, douée en maths et en dessin, ancienne étudiante de Harvard où elle enseigne aujourd’hui, de concevoir des immeubles qui ne ressemblent à aucun autre.

Sa ville, Chicago, et sa célèbre école d’architecture ont été à l’origine des premiers gratte-ciel au monde, avant New York. Mais ce creuset de la modernité s’était quelque peu assoupi avant que son cabinet d’architecture, le Studio Gang, ne vienne y remettre un peu de peps en signant quelques bâtiments emblématiques. Sa tour Aqua (achevée en 2010) avec ses élégantes ondulations blanches est devenue en quelques années l’un des symboles de la ville. Du haut de ses 262 mètres, elle était alors le plus haut bâtiment au monde dessiné par une femme.

C’est d’ailleurs en visitant Chicago en tant que touriste que Claude Labbé s’est arrêté net devant cette fameuse tour. 'Je me suis immédiatement dit qu’il fallait travailler avec l’équipe qui avait réalisé ça, se souvient cet ingénieur passionné d’architecture. C’est certainement l’une des plus belles tours du monde, sinon la plus belle. Un dessin original, changeant, qui réagit avec la lumière.' Après avoir amené le Studio Gang à participer à 'Réinventer Paris' et au concours pour le réaménagement de la tour Montparnasse, il a tissé des liens de sympathie et d’amitié avec l’architecte. Une proximité sans doute renforcée par la douleur partagée d’avoir perdu en finale (face à un groupement d’architectes parisiens) ce concours qui doit permettre de remettre au goût du jour cette tour parisienne emblématique. Claude Labbé dirige aujourd’hui l’antenne française du cabinet, la seule située hors des États-Unis.

En attendant de s’attaquer au chantier pharaonique de l’extension de l’aéroport de Chicago, un projet à plusieurs milliards de dollars, Jeanne Gang se prépare à inaugurer dans les mois qui viennent son gratte-ciel Wanda Vista. Avec cette construction culminant à 365 mètres, elle bat son précédent record et réalise la troisième plus haute construction d’une ville riche en gratte-ciel. C’est surtout une parfaite illustration de son travail d’architecte: l’art de jongler avec les contraintes, d’apporter des solutions technologiques sans oublier l’approche artistique.

À l’appel du promoteur Icade, elle va réaliser le campus européen de l’Université de Chicago, au-dessus des voies ferrées de la gare d’Austerlitz dans le 13 e arrondissement de Paris.

'Nous avons immédiatement pensé à elle pour ses liens avec Chicago et son école d’architecture', souligne Emmanuel Desmaizières, directeur général d’Icade Promotion, qui compte confier à cette 'architecte de renommée internationale' d’autres projets. Des débuts à une échelle bien plus réduite que ses tours américaines puisque le bâtiment ne s’étendra 'que' sur 2500 m². 'Pour ce projet avec des volumes assez classiques, il faut l’exigence de Jeanne Gang et son souci du détail pour le rendre emblématique, estime-t-il. Elle a beaucoup travaillé sur la pierre de la façade pour évoquer une dentelle et faire dialoguer l’intérieur et l’extérieur.'"

Related

Now

Le Monde — "L’architecte Jeanne Gang, adepte de la hauteur et de l’égalité"

Le Monde — "L’architecte Jeanne Gang, adepte de la hauteur et de l’égalité"

"Première femme à avoir construit une tour, cette Américaine à la tête d’une importante agence d’architecture réserve un traitement équivalent à ses salariés hommes et femmes."

Read More